[Edito] L’approvisionnement matière touche aussi la robotique

lire plus tard
Automatisation / Robotique Par Jérôme MEYRAND Publié le  21/04/2022
[Edito] L’approvisionnement matière touche aussi la robotique
Les roboticiens auront besoin à l’avenir de nouveaux matériaux, s’ils veulent rendre leurs composants mécaniques plus petits et plus légers. (photo Shutterstock)

C’est une étude prospective réalisée en 2020, mais qui reste tellement d’actualité. Menée pour la Commission européenne, l’enquête « Critical raw materials for strategic technologies and sectors in the EU » portait donc sur le risque potentiel d’approvisionnement en matières premières. Et de prévenir d’entrée de jeu, par la voix du slovaque Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles, que « rien que pour les batteries des voitures électriques et le stockage énergétique, l’Europe aura besoin, par exemple, de dix-huit fois plus de lithium d’ici 2030 et jusqu’à soixante fois plus d’ici 2050 ». Mais c’est sur l’analyse portant sur les dépendances des Etats membres de la chaîne d’approvisionnement de la robotique et de la fabrication additive que nous nous sommes penchés.

En effet, pour construire des robots industriels, plusieurs composants sont nécessaires : principalement les engrenages, moteurs et unités de puissance. Seulement voilà, les roboticiens auront besoin à l’avenir de nouveaux matériaux, s’ils veulent rendre leurs composants mécaniques plus petits et plus légers. Par exemple, les matériaux à base de vanadium pourraient contribuer à l’amélioration de l’efficacité énergétique. Tout comme les métaux légers, tels que les alliages de titane, de magnésium et d’aluminium, qui, utilisés en association avec des composites (CFC, Kevlar), sont particulièrement intéressants pour la robotique en raison de leur bon rapport résistance/poids. Sauf qu’il existe un risque « potentiellement élevé » d’approvisionnement en matières premières et en composants, prévient la Commission. Et de justifier son inquiétude : sur les 44 matières premières pertinentes pour la robotique, l’Union européenne est entièrement dépendante sur l’approvisionnement de 33 matériaux, provenant de pays extracommunautaires. On apprend alors que la Chine est le principal fournisseur de ces matières premières pour la robotique (52 %), suivi de l’Afrique du Sud et de… la Russie.

Le point faible du Vieux continent est de ne produire sur son sol que 2 % de ces matières premières. L’UE dépend entièrement de l’approvisionnement de plusieurs matériaux transformés, utilisés dans la robotique, tels que les alliages d’aluminium spécifiques, les semi-conducteurs et les fibres d’aramides (Kevlar) utilisées notamment dans la fabrication des exosquelettes, pour lesquels nous devons nous approvisionner aux États-Unis et en Inde (aluminium alliages). L’enquête pointe aussi que des « goulets d’étranglement potentiels pourraient se produire dans l’approvisionnement en aciers spécifiques nécessaires à la robotique, ainsi que des matériaux transformés pour les batteries Li-ion ».

A la lecture de ce rapport, nous avons pu observer que l’UE était particulièrement dépendante de l’approvisionnement de six composants clés : microprocesseurs, engrenages, unités de traitement graphique (GPU), aimants, batteries Li-ion et piles à combustible. « La prédominance de fournisseurs étrangers, en particulier pour certains qui devraient être des éléments fondamentaux pour l’évolution technologique future, est considérée comme une menace par l’industrie de la robotique », indiquent les auteurs de cette étude.

Mais alors que faire ? Pas grand-chose en somme, si ce n’est que les États membres devront définir des « incitations appropriées pour les entreprises locales liées aux composants robotiques afin qu’elles puissent investir dans l’UE », et ils devront « soutenir le développement de nouvelles entreprises ». L’éco-conception de la robotique est également abordée dans le rapport comme une solution possible.

Dans l’éditorial de notre seconde édition d’avril spéciale Global Industrie, vous découvrirez que la fabrication additive en Europe se retrouve confrontée aux mêmes préoccupations d’approvisionnement.

[Edito] L’approvisionnement matière touche aussi la robotique
Jérôme MEYRAND - Rédacteur en chefFormé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

offre d'emploi ALTERNANT QUALITICIEN H/F
Villebon-sur-Yvette, France Hexagon Metrology SAS
offre d'emploi TECHNICO-COMMERCIAL ITINERANT SECTEUR NORD OUEST H/F
Villebon-sur-Yvette, France Hexagon Metrology SAS
offre d'emploi APPLICATIF SUPPORT CLIENTS H/F
Villebon-sur-Yvette, France Hexagon Metrology SAS
offre d'emploi TECHNICIENS SERVICE APRÈS VENTE ITINÉRANTS H/F
Hexagon Metrology SAS
offre d'emploi Technicien(ne) d'applications d'usinage
Bourges, France SECO TOOLS FRANCE
offre d'emploi Ingénieur Simulation Numérique
Charleville-Mézières, France CADSIM 3D

Les prochains événements

Mai

25

Mercredi

Lamiera

Du 25 au 28 Mai 2022

Milan/Italie

Juin

14

Mardi

Sepem Colmar

Du 14 au 16 Juin 2022

Colmar / Haut-Rhin

Juin

14

Mardi

EPHJ

Du 14 au 17 Juin 2022

Genève / Suisse

Juin

21

Mardi

LASYS

Du 21 au 23 Juin 2022

Stuttgart/Allemagne

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
L'offre 100% numérique
18€/mois, sans engagement
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéro hors série inclus
  • 100% numérique