[Vidéo] Aider les décolleteurs à ne plus dépendre de l’automobile

lire plus tard
Sous-traitance Par Jérôme MEYRAND Publié le  27/09/2022

La visite, vendredi 23 septembre, de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et de Roland Lescure, son ministre délégué à l’Industrie, dans la vallée de l’Arve, en Haute-Savoie, avait pour but d’annoncer une nouvelle aide financière aux sous-traitants dépendants du marché des véhicules thermiques.

Vendredi 23 septembre, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et Roland Lescure, ministre chargé de l’Industrie, étaient en Haute-Savoie, dans la vallée de l’Arve, afin de rencontrer une entreprise de décolletage, alors dépendante du marché des véhicules thermiques, qui a su se diversifier, alors qu’à partir de 2035, les constructeurs automobiles européens ne pourront produire que des véhicules à zéro émission. Et les sous-traitants spécialisés dans l’usinage, dont beaucoup se trouvent dans cette vallée alpine, sont particulièrement exposés à cette transformation électrique, puisque le nombre de composants mécaniques sera considérablement réduit.

Décolletage : « Une technologie qui est une tradition dans la vallée de l’Arve »

En milieu de matinée, les deux ministres se sont rendus chez Bontaz, à Marnaz. C’est l’un des rares décolleteurs, – si ce n’est le seul – à être équipementier de rang 1. L’entreprise familiale fondée en 1965 a pour ambition de devenir, dans ces prochaines années, « un fournisseur de référence » sur le marché des véhicules à batteries. Mais le décolleteur haut-savoyard compte également se positionner sur le marché de l’hydrogène afin de devenir un fabricant de rang 1 de sous-systèmes d’admission d’hydrogène dans la pile à combustible. L’entreprise, qui compte 4 000 salariés dans le monde, dont 500 en France, fournit d’ores et déjà de nombreux composants pour le marché du vélo électrique.
« Le décolletage est une activité qui a plus d’un siècle maintenant dans la vallée de l’Arve, que nous soutenons totalement avec Roland Lescure [ministre délégué chargé de l’Industrie], et que nous admirons. C’est un savoir-faire, qui a une technologie qui est une tradition dans la vallée. Mais cette activité de décolletage est confrontée à la transition énergétique et à la fin du véhicule thermique », a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. D’ailleurs, il a rappelé que le moteur thermique représentait encore entre 50 et 60 % du carnet de commandes des décolleteurs. « Donc il faut les accompagner dans cette diversification », a-t-il insisté.

45 millions d’euros d’aides

Après avoir visité les ateliers de production et échangé avec des salariés (ouvriers spécialisés et cadres), Bruno Le Maire a pu observer que Bontaz avait su se diversifier « vers l’hydrogène, vers les piles à combustible, vers les volets roulants pour les maisons individuelles. Ils ont déjà plein de projets qui sont très engagés. Mais derrière Bontaz, il y a aussi de plus petits décolleteurs, décolleteurs de rang 2 ou 3 qui sont plus modestes, avec moins de salariés, moins de capacité financière. Donc, nous voulons les aider à réussir cette transition », a-t-il assuré. Et d’annoncer une nouvelle enveloppe de 45 millions d’euros, dans le cadre du programme stratégique France 2030, visant à « accompagner ces entreprises et financer des projets de diversification ».

Au centre, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, échange avec Christophe Bontaz (chemise blanche), président du groupe éponyme, et Daniel Anghelone, directeur général (à gauche), à Marnaz (Haute-Savoie), le 23 septembre.

Première région mécanicienne de France, Auvergne-Rhône-Alpes est le territoire le plus représenté dans le cadre de l’appel à projets « Diversification des sous-traitants de la filière automobile », dont les lauréats ont été dévoilés, le jour du déplacement de MM. Le Maire et Lescure en Haute-Savoie. Ce sont 19 projets qui seront soutenus, dont plus de la moitié située dans la vallée de l’Arve, parmi les 46 dossiers retenus.

« Se diversifier concrètement, ça veut dire quoi ? »

« Se diversifier concrètement, ça veut dire quoi ? », a interpellé le ministre de l’Economie. « Ça veut dire faire des études, ouvrir des bureaux d’études, tester des projets qui vont marcher ou qui ne vont pas marcher, a-t-il poursuivi. Ça coûte de l’argent. L’Etat sera derrière le décolletage de la vallée de l’Arve et derrière tous les industriels qui doivent accomplir cette transformation et se diversifier dans leur activité. »

En début d’après-midi, les deux ministres ont ensuite visité le Centre de formation des apprentis de l’industrie (CFAI), à Thyez, toujours dans la vallée de l’Arve, à la rencontre des jeunes apprentis en bac pro et BTS.

Des entreprises qui peinent à recruter

Bruno Le Maire a justifié cette visite, en reconnaissant que les décolleteurs cherchaient désespérément des compétences. Et ces compétences, « elles ont été formées ici, en Haute-Savoie, dans ce CFA et dans d’autres lieux de formation. Il est bon qu’elles restent en Haute-Savoie. Qu’on n’ait pas autant de difficultés aujourd’hui pour les entreprises de décolletage à recruter et à trouver les compétences dont elles ont besoin, a-t-il déclaré, après avoir échangés avec les élèves et leurs enseignants. Je pense qu’il faut regarder le problème dans toutes ses dimensions et essayer d’apporter des solutions. J’ai demandé aux parlementaires de travailler là-dessus. »

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a rencontré des apprentis de l’industrie du CFAI de Thyez (Haute-Savoie), le 23 septembre.

Le patron de Bercy s’est réjoui d’avoir rencontré des jeunes « enthousiastes », qui savent très bien ce qu’ils veulent faire. « Alors qu’ils ont 18, 19 ou 20 ans, ils savent qu’à la sortie, ils seront embauchés à 100 %. Ici, quand on sort de ce CFA, on a un travail avec un niveau de rémunération qui est un niveau de rémunération très au-dessus du Smic, quasiment plus du double du Smic. »

Viser un million de jeunes apprentis

Bruno Le Maire s’est dit convaincu qu’il y a un « intérêt à défendre cette formation en alternance ». Prônant l’apprentissage, il compte pousser le compteur en passant de 750 000 jeunes apprentis à un million. « Mais je pense qu’il y a une vraie bataille culturelle à livrer pour revaloriser les métiers industriels au moment du collège », a-t-il affirmé. Et pour ces collégiens, « l’industrie doit faire partie du possible ».
En visitant le CFAI, Bruno Le Maire et Roland Lescure ont constaté que sur les 400 places du centre d’apprentissage, seules 300 en étaient pourvues. « Je trouve que c’est regrettable dans un centre de formation de grande qualité, avec un taux d’employabilité à la sortie de 100 %, des niveaux de rémunération qui sont élevés, des perspectives de métiers qui sont attrayantes, que toutes les places ne sont pas pourvues », s’est-il désolé. Le combat pour inciter les jeunes à choisir l’apprentissage reste à poursuivre.

[Vidéo] Aider les décolleteurs à ne plus dépendre de l’automobile
Jérôme MEYRAND - Rédacteur en chefFormé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

offre d'emploi Technico-Commercial Région Nord Est - H/F
Meuse, France WALTER FRANCE
offre d'emploi Mécanicien Monteur - Metteur au Point
42390 Villars, France DINATEC
offre d'emploi 1 Technico-Commercial (h/f)
SUMITOMO ELECTRIC Hartmetall GmbH
offre d'emploi 1 Technicien (h/f)
SUMITOMO ELECTRIC Hartmetall GmbH
offre d'emploi TOURNEUR-FRAISEUR SUR CN
Metalia industrie
offre d'emploi Technico-commercial sédentaire (H/F)
Roissy-en-France, France Mitutoyo

Les prochains événements

Novembre

29

Mardi

BE 4.0

Du 29 au 30 Novembre 2022

Mulhouse / Haut-Rhin

Janvier

24

Mardi

Sepem Nord

Du 24 au 26 Janvier 2023

Douai / Nord

Février

23

Jeudi

Viva Fabrica !

Du 23 au 26 Février 2023

Lyon / Rhône

Mars

7

Mardi

Global Industrie Lyon

Du 7 au 10 Mars 2023

Lyon / Rhône

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
Nos offres de lecture
Papier + numérique
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéros hors série (selon l'abonnement choisi)
  • Editions régionales (selon l'abonnement choisi)
  • Accès aux anciens numéros