L’Italie renoue avec la croissance

lire plus tard
Services Par  Jérôme MEYRAND Publié le  28/02/2018
L’Italie renoue avec la croissance

Selon l’Ucimu, le marché de l’industrie italienne de la machine-outil a été en pleine croissance en 2017. Et les perspectives pour cette année sont nettement positives.

2017 a été une année nettement positive pour l’industrie italienne de la machine-outil, robots et systèmes d’automation, qui a fait état d’une croissance à deux chiffres pour tous les indicateurs économiques à l’exception des exportations, qui ont quand même repris le chemin de la croissance, après le recul de 2016.
L’année en cours se préannonce aussi positive, confirmant l’excellente période que le secteur est en train de vivre. C’est en synthèse, ce qui a été illustré par Massimo Carboniero, président d’Ucimu-Sistemi per produrre, au cours de la conférence de presse habituelle de fin d’année.

Quatrième année consécutive de croissance
D’après les résultats prévisionnels élaborés par le Centre d’études et de culture d’entreprise de l’association italienne des constructeurs de machines-outils, robots et automatisation, en 2017, la production a grimpé à 6 110 millions d’euros, affichant ainsi une hausse de 10,1% par rapport à l’année précédente. Il s’agit de la quatrième année consécutive de croissance et, en valeur absolue, d’un nouveau record pour l’industrie italienne du secteur.
Le résultat découle d’une part de l’excellente performance des livraisons des constructeurs italiens dans le marché domestique, arrivées à 2 670 millions d’euros, avec une hausse de 16,1%, ainsi que de la marche positive des exportations, à leur tour à la hausse de 5,8% et atteignant 3 440 millions d’euros. « Sur le front extérieur, après une année de recul, les ventes du Made in Italy ont redémarré en plaçant la Chine au sommet du classement des pays de débouché, confirmant l’énorme potentiel de ce pays », a commenté Massimo Carboniero, président d’Ucimu-Sistemi per produrre.
Selon l’élaboration des données Istat par l’Ucimu, dans les neuf premiers mois de l’année (dernier relevé disponible) les principaux pays destinataires du Made in Italy du secteur ont été : la Chine, avec 248 millions d’euros (+11,5%), l’Allemagne, avec 245 millions (-5,8%), les États-Unis, avec 226 millions (-8,7%), la France, avec 157 millions (-0,7%), et la Pologne, avec 110 millions (+22,2%).

Forum italo-chinois
A la fin du mois de novembre, l’Ucimu avait organisé, avec le ministère du Développement, l’ambassade d’Italie auprès de la République populaire de Chine, l’ICE-Agence et le CMTBA, l’homologue chinois d’Ucimu, le premier Forum italo-chinois de la machine-outil à Pékin. Au cours de ce Forum, « les deux côtés ont souligné la forte complémentarité de leur offre ainsi que le potentiel de coopération existant entre les deux industries, tous deux engagées dans un profond processus de développement, d’innovation, aidées par les gouvernements respectifs, Industrie 4.0 et Made in China 2025 », a poursuivi M. Carboniero. Et d’ajouter : « Compte tenu des questions abordées lors des travaux, l’association continuera à mener des actions ciblées afin de supporter les entreprises dans leurs activités d’internationalisation en Chine pour assurer la continuité de cette mission. »

Dynamisme de la demande
En vertu de ces hausses l’Italie renforce son rôle dans le panorama international, où elle est désormais reconnue non seulement par la compétence de ses industries du secteur, mesurées avec les données de production et d’exportation, mais également par le dynamisme de la demande présentant des taux de croissance comparables aux taux des économies émergentes.
« Sur le front extérieur, le marché italien, grâce également aux mesures incitatives du super et hyper-amortissement, a atteint et dépassé le record de consommation de 2007 et s’apprête à augmenter encore plus en 2018, grâce au cadre économique favorable et aux mesures soutenant les investissements, prévues par le gouvernement dans la prochaine loi de finance », s’est félicité le président d’Ucimu.

« Excellents résultats »
En 2017 en particulier, la consommation de machines-outils, robots et systèmes d’automation en Italie, a augmenté de 13,8%, arrivant à 4 390 millions d’euros, dépassant ainsi la valeur du marché italien d’avant la crise, lorsqu’elle avait atteint son maximum historique (4 345 millions d’euros, donnée de 2007).
« Nous sommes absolument satisfaits de ce 2017 : l’année se clôture avec d’excellents résultats obtenus aussi bien en Italie qu’à l’étranger et avec un chiffre d’affaires qui, pris en compte dans son ensemble, c’est-à-dire en additionnant à la production de machines également la production de pièces de rechange, outils, commandes numériques (qui ne sont pas pris en considération dans les machines-outils italiennes), a dépassé les 8 milliards d’euros », a déclaré Massimo Carboniero.

Tendance positive
La tendance positive se poursuivra tout au long de 2018. Seront à la hausse la production, jusqu’à frôler les 6 500 millions d’euros (+6,2%), et les exportations à 3 600 millions, 4,7% en plus par rapport à l’année précédente. La consommation aussi va augmenter qui, attendue à 4 750 millions d’euros (+8,2%), poussera tant les livraisons des constructeurs italiens dans le marché domestique, qui devraient se fixer aux alentours de 2 890 millions d’euros (+8,2%), que les importations, qui grimperont à 1 860 millions d’euros (+8,1%). Le rapport importations sur consommation restera stable à 39%.
D’autre part, la collecte d’adhésions pour la prochaine édition de BI-MU, salon de référence pour le secteur en Italie, qui se tiendra auprès de fieramilano Rho, entre le 9 et le 13 octobre prochain (lire Machines Production N°1047 du 15 février), témoigne du dynamisme du marché. À dix mois de l’évènement plus de 450 entreprises se sont déjà inscrites, en réservant une surface trois fois plus grande par rapport à la surface réservée en décembre 2015.

Une période cruciale
Selon l’Ucimu, la transformation des entreprises italiennes vient d’être entamée et la décision du gouvernement de prolonger les mesures (lire encadré) ayant déclenché ce processus est absolument clairvoyante, étant donné que cela garantit la continuité dans une période cruciale pour le développement et la mise en conformité des entreprises aux critères de compétitivité demandées par le marché global.
Une autre mesure concerne l’introduction, dans le paquet de mesures visant le relancement de l’industrie, du crédit d’impôt pour la formation en matière d’Industrie 4.0. Il est clair, a conclu M. Carboniero, que « pour assurer la croissance et rester compétitif, tout en continuant à produire de la richesse et du travail pour nos jeunes, le secteur a besoin non seulement de technologies mais également de compétences adéquates à gérer et guider les processus de transformation en cours ».

L’Italie renoue avec la croissance
Jérôme MEYRAND Formé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

Annonces non trouvées

Les prochains événements

Juin

15

Mardi

SEPEM Colmar

Du 15 au 17 Juin 2021

Colmar / Haut-Rhin

Septembre

6

Lundi

Global Industrie Lyon

Du 6 au 9 Septembre 2021

Lyon / Rhône

Septembre

6

Lundi

Measurement World

Du 6 au 9 Septembre 2021

Lyon / Rhône

Septembre

14

Mardi

EPHJ

Du 14 au 17 Septembre 2021

Genève / Suisse

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
L'offre 100% numérique
18€/mois, sans engagement
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéro hors série inclus
  • 100% numérique