L’embellie retrouvée de l’industrie mécanique

lire plus tard
Par Jérôme MEYRAND Publié le  02/09/2019
L’embellie retrouvée de l’industrie mécanique

Avec un chiffre d’affaires en hausse de 3% en 2018, un vent d’optimisme souffle sur la filière mécanique en France, selon le rapport annuel de la FIM. Le nouveau dispositif de suramortissement pourrait accélérer la croissance en 2019.

En 2018, les ventes des entreprises françaises de mécanique ont généré 132 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Soit une progression de près de 3%, selon le rapport annuel établi par la Fédération des industries mécaniques (FIM), soulignant, par la voix de son président Bruno Grandjean, que la filière n’avait pas connu depuis longtemps une telle croissance et un tel vent d’optimisme. En effet, le document fait également état d’un « niveau élevé d’investissements », et plus de 40% des brevets déposés en France, l’an dernier.
Sur le front de l’emploi, le premier employeur industriel de France a été un peu plus généreux, puisque les effectifs des industries mécaniques ont « légèrement augmenté » pour atteindre 615 500 salariés. Ce qui correspond à environ 20% de l’emploi industriel. « Cette tendance devrait se maintenir en 2019 », croit savoir la FIM. Car un tiers des industriels estime qu’il ne pourrait plus répondre à un surcroît de demande sans recruter : +5 points en un an, un niveau inédit depuis la crise de 2008, selon le réseau professionnel qui regroupe 24 syndicats.

Des exportations en hausse

Rappelons que les industries mécaniques se divisent en trois grands secteurs d’activité. Le premier relève de la fabrication et de la conception de biens d’équipement. Le deuxième a trait à la transformation des métaux et à la fonctionnalisation des pièces (traitement de surface). Et le troisième concerne la précision. Et tous ont bénéficié de la croissance en 2018, relève la FIM. Si la transformation des métaux a progressé de 2,1%, le secteur de l’équipement s’est amélioré de +3,4%, alors que les entreprises de mécanique de précision ont affiché une croissance de +3,5%.
Quand est-il des exportations directes des industries mécaniques ? Selon le rapport publié au milieu de l’été, elles se chiffrent à 51,2 milliards d’euros, en hausse de 2,8 % par rapport à 2017. Quant aux exportations indirectes (intégration de composant ou sous-ensemble dans des produits exportés par les clients), elles représentent près de 60% du chiffre d’affaires.
Dans son rapport annuel, entre autres sujets qui auront marqué 2018 et ceux attendus cette année, il est bien évidemment question du suramortissement : ce précieux dispositif vise, rappelons-le, à encourager la transformation numérique des PME. Adopté dans le cadre de la loi de finances pour 2019, il permettra surtout de faciliter l’investissement pour les dépenses de robotisation et de transformation numérique des PME.

Équipements de réalité augmentée

« Fruit du travail d’influence » du président de la FIM, en lien avec les équipes de la fédération et en coopération avec France Industrie (organisation professionnelle chargée de valoriser le rôle fondamental de l’industrie dans l’économie française), le programme de suramortissement, dans sa version 2019, concerne donc « les PME, au sens de la réglementation communautaire, soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu ». Ainsi, elles peuvent déduire de leur résultat imposable une somme égale à 40% de la valeur d’origine des biens inscrits à l’actif immobilisé, hors frais financiers, affectés à une activité industrielle.
Attention, la mesure s’applique uniquement aux biens qui relèvent de l’une des catégories, dont voici la liste complète : équipements robotiques et cobotiques ; équipements de fabrication additive ; logiciels utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformation ; machines intégrées destinées au calcul intensif ; capteurs physiques collectant des données sur le site de production de l’entreprise, sa chaîne de production ou sur son système transitique ; machines de production à commande programmable ou numérique ; équipements de réalité augmentée et de réalité virtuelle utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformation.
« La déduction est répartie linéairement sur la durée normale d’utilisation des biens, relève la fédération. Elle s’ajoute à l’amortissement pratiqué par ailleurs dans les conditions de droit commun. »

L’embellie retrouvée de l’industrie mécanique
Jérôme MEYRAND - Rédacteur en chefFormé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

offre d'emploi Pilote de Ligne de Production Automatisée
Créteil, France AXEM Technology
offre d'emploi Technico-Commercial Région Nord Est - H/F
Meuse, France WALTER FRANCE
offre d'emploi Mécanicien Monteur - Metteur au Point
42390 Villars, France DINATEC
offre d'emploi 1 Technico-Commercial (h/f)
SUMITOMO ELECTRIC Hartmetall GmbH
offre d'emploi 1 Technicien (h/f)
SUMITOMO ELECTRIC Hartmetall GmbH
offre d'emploi TOURNEUR-FRAISEUR SUR CN
Metalia industrie

Les prochains événements

Janvier

24

Mardi

Sepem Nord

Du 24 au 26 Janvier 2023

Douai / Nord

Février

23

Jeudi

Viva Fabrica !

Du 23 au 26 Février 2023

Lyon / Rhône

Mars

7

Mardi

Global Industrie Lyon

Du 7 au 10 Mars 2023

Lyon / Rhône

Mars

23

Jeudi

Aff'Tech

Du 23 au 25 Mars 2023

Auxerre / Yonne

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
Nos offres de lecture
Papier + numérique
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéros hors série (selon l'abonnement choisi)
  • Editions régionales (selon l'abonnement choisi)
  • Accès aux anciens numéros