Le cube articulé de Tommy : fusion de la technologie et de l’art

lire plus tard
Machines d'usinage Par Jérôme MEYRAND Publié le  03/06/2024
Le cube articulé de Tommy : fusion de la technologie et de l’art
Le cube de Tommy Guimond, technicien d’applications chez DMG Mori Canada.

Une démonstration impressionnante de savoir-faire est réunie dans cette pièce cubique aux formes géométriques complexes et imbriquées. Découvrez son histoire.

Lors des journées portes ouvertes chez DMG Mori Canada, à Mississauga (Ontario), une étrange pièce a attiré notre attention, à travers une vidéo diffusée sur le réseau social professionnel LinkedIn. Son auteur : Tommy Guimond, 45 ans, technicien applications auprès du constructeur germano-japonais. La pièce en question est un cube de métal, tournant sur lui-même, qui, dans son mouvement de rotation, vient s’ouvrir, un peu comme les pétales d’une fleur, en se scindant en huit petits autres cubes.

Cette pièce articulée a été réalisée comme projet visant à démontrer le savoir-faire de son concepteur, Tommy Guimond, un homme passionné par les métiers de l’usinage et qui aime relever les défis de ce genre. Mais aussi à montrer les capacités et la précision des machines-outils DMG Mori.

L’idée de concevoir ce cube trouve son origine dans un film : Hellraiser. Il met en scène les Cénobites, des créatures infernales qui voyagent d’une dimension à l’autre grâce à un « cube » fonctionnant comme un casse-tête mécanique sophistiqué. Tommy Guimond se rappelle aussi avoir vue une version similaire sur un groupe de fans d’impression 3D.

Tommy Guimond, à son domicile de Saint-Jean-sur-Richelieu (Quebec) tenant le prototype de son cube, réalisé sur une imprimante 3D.

Justement, c’est le genre de pièces aux formes géométriques complexes et imbriquées que l’on croise assez souvent sur les stands de professionnels en fabrication additive pour démontrer le haut potentiel de cette technologie. Sauf que dans ce cas présent, ce bel objet mécanique a bien été réalisé en fabrication soustractive, depuis sur une fraiseuse DMG Mori DMU50 de 3e génération, équipée d’un contrôleur Heidenhain TNC640. Et de souligner : « J’ai poussé un peu plus loin en intégrant l’engrenage double hélice qui rend l’assemblage très stable mais, en contrepartie, qui est très difficile à générer. »

Celui qui confie avoir « tout fait de A à Z », pendant ses journées libres, précise-t-il, aura mis « environ trois semaines » pour construire son cube, « incluant les deux versions précédentes qui n’étaient pas à mon goût ». La programmation, sur le logiciel de FAO Esprit Edge, a pris deux semaines, incluant l’usinage du prototype. Un autre prototype ayant été réalisé sur son imprimante 3D à filmant PLA.

La bille d’acier permet de mettre en mouvement le cube.

Tommy Guimond est parti d’un lopin en aluminium. Car, explique-t-il à Machines Production, « la méthode d’assemblage requiert un matériel non magnétique ». Et de confier : « J’aurais aimé le faire en titane mais les coûts auraient explosé en plus du fait que j’aurais manqué de temps, vu l’usinage plus lent. »

L’engrenage à double hélice n’a pas été une mince affaire. Sans vouloir dévoiler ses secrets de fabrication, notre usineur québécois peut juste nous dire qu’il lui a fallu « repousser les limites de son imagination ‘‘géométrique’’ et ‘‘mathématique’’ ». Le technicien d’application de DMG Mori Canada a notamment utilisé des outils Kennametal, de son fournisseur Ron Hansen, lequel « nous a gracieusement offert la majorité des outils et porte-outils nécessaires au projet ». On remarquera sur ce cube que les noms DMG et Mori ont été gravés séparément de manière à ce qu’ils se rejoignent une fois le cube refermé, symbolisant l’union des deux constructeurs. C’est la raison, il fut baptisé « Synergy Cube ».

Une fois les huit petits cubes usinés, place à l’assemblage. « Chaque pièce à un chambrage à son sommet qui permet d’y coller un aimant puissant au néodyme. Le tout tient ensuite sur une bonne grosse bille d’acier. L’assemblage permet que l’ensemble se disloque si quelqu’un se coince un doigt dedans. »

L’engrenage à double hélice usiné sur une fraiseuse DMG Mori DMU50.

Le cube articulé de Tommy : fusion de la technologie et de l’art
Jérôme MEYRAND - Rédacteur en chefFormé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

offre d'emploi Régleur CN poupées mobiles STAR et CITIZEN H/F
Haute-Savoie, France MICORDEC
offre d'emploi Tourneur Conventionnel et/ou CN
Saint-Sylvain-d'Anjou, Verrières-en-Anjou, France Outilleurs Angevins
offre d'emploi Programmeur - Fraiseur
Saint-Sylvain-d'Anjou, Verrières-en-Anjou, France Outilleurs Angevins
offre d'emploi Fraiseur Débutant
Saint-Sylvain-d'Anjou, Verrières-en-Anjou, France Outilleurs Angevins
offre d'emploi Tourneur programmeur
Mortagne-sur-Sèvre, France FRAMECA
offre d'emploi AJUSTEUR POLYVALENT (H/F) ​- CDI
Saint-Sylvain-d'Anjou, Verrières-en-Anjou, France Outilleurs Angevins

Les prochains événements

Septembre

24

Mardi

Micronora

Du 24 au 27 Septembre 2024

Besançon / Doubs

Septembre

24

Mardi

Sepem Sud-Ouest

Du 24 au 26 Septembre 2024

Toulouse / Haute-Garonne

Octobre

1

Mardi

Industrie Grand Ouest

Du 1 au 3 Octobre 2024

Nantes / Loire-Atlantique

Octobre

9

Mercredi

Salon Solutions

Du 9 au 10 Octobre 2024

Paris Porte de Versailles

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
Nos offres de lecture
Papier + numérique
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéros hors série (selon l'abonnement choisi)
  • Editions régionales (selon l'abonnement choisi)
  • Accès aux anciens numéros