GEP, la gravure de haute précision

lire plus tard
Sous-traitance Par Nadège HUBERT Publié le  19/12/2022
GEP, la gravure de haute précision
A la main ou par l’intermédiaire de l’usinage, GEP réalise un travail de précision, afin de créer des outils qui serviront notamment au secteur du luxe. (photo GEP)

A Saint-Vit, le spécialiste de l’outil de frappe à façon combine des activités allant des outils de découpage-emboutissage aux outils silicones pour le marquage à chaud en passant par les électrodes de formes complexes et l’usinage trois et cinq axes.

L’histoire commence en 1973 quand Daniel Ehanno, graveur formé à l’école Estienne à Paris, fonde GEP (Gravure et Précision), à Saint-Vit (Doubs). Il développe d’abord des outils d’étampage ou de frappe pour la haute horlogerie suisse, que ce soit pour les fonds de boîte de montre, les cadrans ou encore les lunettes et couronnes. « Notre cœur de métier historique reste l’outil de frappe avec des bas-reliefs ou des gravures mécaniques », rappelle Jody Maurand, responsable commercial chez GEP.

Au fil des années, le travail manuel a évolué, GEP s’est équipée de machines performantes pour aller vers de l’usinage de précision et de forme. « Les textes des gravures sont faits mécaniquement, mais les finitions se font à la main pour polir ou repiquer les angles de gravure. » L’entreprise conçoit un modèle d’origine de l’outil attendu avec une gravure en positif, qu’elle conserve précieusement tandis qu’elle transmet un outil négatif réalisé par enfonçage ou emboutissage à son client. « Nous réalisons d’un à dix outils de frappe en moyenne et nous les refaisons selon les besoins des marques. »

Une entreprise qui côtoie l’univers du luxe

Pour voir le jour, le produit peut passer par trois technologies : l’usinage en commande numérique ou moletage pour les textes, l’érosion par enfonçage pour les décors fins et enfin le travail manuel réalisé par cinq graveurs diplômés des métiers d’art, pour la réalisation de bas-reliefs. Avec l’évolution des technologies, le travail, autrefois totalement manuel, est désormais accompagné par la 3D. « Les compétences artistiques sont transférées sur tablette puis, une fois validé par le client en 3D, on lance l’usinage à commande numérique sur une machine trois axes. »

Outre la haute horlogerie, l’entreprise aux 25 salariés évolue dans l’univers du luxe, travaillant également pour la joaillerie, pour la réalisation de médailles, l’automobile avec notamment les marchepieds ou encore la parfumerie, la cosmétique ou les spiritueux pour les packagings en aluminium. « En parallèle, notre atelier d’art réalise des pièces uniques ou en petite série, allant jusqu’à trente pièces, principalement pour l’horlogerie. »

Au contact des moulistes

En grandissant, l’entreprise GEP a développé l’usinage de forme et commencé à travailler avec des moulistes pour réaliser des empreintes de moule ou des électrodes qu’elle fournit ensuite à ses clients. « Nous nous sommes penchés sur les produits complexes avec l’étude de démoulabilité par l’intermédiaire de transformateurs. » Le client final, souvent une marque du luxe, fournit un fichier 3D au transformateur qui va ensuite sous-traiter en fonction des besoins. « Nous allons retravailler le fichier pour garantir la faisabilité du produit final avec esthétique, cacher les plans de joint et l’adapter aux nombres de tiroirs en fonction des contraintes du mouliste. » Jody Maurand rappelle qu’après l’étude, GEP réalise l’empreinte et/ou les électrodes.

GEP, c’est aussi un savoir-faire reconnu dans la gravure à la main. (photo GEP)

Ce travail avec les moulistes a mis en relation l’entreprise avec les transformateurs ayant besoin de marquage à chaud. « Nous concevons les outils de marquage à chaud en silicone qui serviront à déposer un film doré ou argenté sur le produit final. » La parfumerie et la cosmétique ont recours à ces outils pour concevoir des pots de crème par exemple, tandis que l’automobile y fait appel quand les aérateurs pour climatisation profitent d’un contour doré, tandis que pour l’électroménager, le marquage à chaud va participer de la dépose d’image en l’intégrant à la matière.

Répondre à chaque spécificité

GEP dispose d’une activité dédiée à l’imprimerie, en faisant des outils de gaufrage et des fers à dorer galbés, mais réalise également de l’usinage de précision pour les secteurs aéronautique et nucléaire qui représentent à eux seuls 30 à 40 % de l’activité. « Nous fabriquons des éléments d’outillage qui demandent une précision ou des formes spécifiques avec une spécialité dans les matériaux durs à plus de 60 HRC. » Devant cette multitude d’activités, GEP s’est agrandi en 2019, pour avoir un meilleur espace de travail en doublant sa surface pour passer de 800 à 1 600 mètres carrés. La société a également investi dans quatre nouveaux équipements : une machine cinq axes, une machine érosion à fil, un tour numérique et enfin un système de contrôle par caméra.

GEP, la gravure de haute précision
Nadège HUBERTAgence Aletheia Press pour Machines Production

Les dernières annonces

offre d'emploi Technicien de maintenance / SAV itinérant
France entière PERO FRANCE
offre d'emploi Technico-Commercial Centre France
GÜHRING
offre d'emploi STAGIAIRE INGENIEUR(E) PRODUCTION - QUALITE (durée : 6 mois)
Savigny-le-Temple, IDF, France ESSINOX
offre d'emploi Opérateur / Opératrice Logistique Découpe Matières H/F
Villeneuve-lès-Bouloc, France GROUPE ROSSI AERO

Les prochains événements

Février

23

Jeudi

Viva Fabrica !

Du 23 au 26 Février 2023

Lyon / Rhône

Mars

7

Mardi

Global Industrie Lyon

Du 7 au 10 Mars 2023

Lyon / Rhône

Mars

23

Jeudi

Aff'Tech

Du 23 au 25 Mars 2023

Auxerre / Yonne

Avril

25

Mardi

JEC World

Du 25 au 27 Avril 2023

Paris-Nord / Villepinte

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
Nos offres de lecture
Papier + numérique
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéros hors série (selon l'abonnement choisi)
  • Editions régionales (selon l'abonnement choisi)
  • Accès aux anciens numéros