Férus de robotique

lire plus tard
Automatisation / Robotique Par Jérôme MEYRAND Publié le  23/05/2023
Férus de robotique
Deux étudiants concentrés sur la programmation de leur robot, à Cluses, le 6 avril.

A Cluses, le 8e édition de RobotFly a rassemblé des étudiants venus de toute la France, mais aussi du Canada, Belgique et Hollande. Ils se sont affrontés autour d’un challenge pédagogique : la programmation d’une cellule robotisée.

Après une journée de compétition de programmation industrielle robotique, le 6 avril, dans les ateliers de l’Espace Béchet, une annexe du lycée Charles-Poncet de Cluses (Haute-Savoie), le palmarès de la finale était dévoilé par un speaker au micro, sur une petite estrade installée au milieu des robots. Jordan Missillier (France), Lean Vivier (France) et Charles Lépine (Canada) montaient sur la première marche du podium, suivis de l’équipe formée de Mathis Fleury (France), Enzo Canon (France) et Mathis Bazinet (Canada), puis de celle de Romain Léger (France) Baptiste Schelfhout (France) et Pierre Vandeclee (Belgique). Car le Trophée RobotFly, dont c’était la huitième édition, fait concourir 110 étudiants venus de toutes les régions de France, du Canada, de Belgique et de Hollande, qui ont tous été qualifiés pour la grande finale par équipe mixte qui se déroulait donc dans la capitale du décolletage français.

L’équipe composée de Jordan Missillier, Lean Vivier et Charles Lépine vient de remporter le Trophée RobotFly 2023.

Co-organisé par le groupe franco-canadien Claret et le franco-suisse Stäubli Robotics depuis 2016, en partenariat avec le Campus des métiers et des qualifications, le Trophée RobotFly a pour ambition de sensibiliser et de former les étudiants à la robotique. En marge de la compétition, des professionnels sont venus témoigner de leur expérience en robotique. Comme ce logisticien qui ignorait tout de cette technologie, et qui a fait installer un robot pour limiter la pénibilité au travail.

Témoignage d’un logisticien : sa première cellule robotisée

Pascal Megevand est directeur R&D chez Megevand Frères, entreprise familiale de transport routier de marchandise et de prestations logistique.  « On ne connaissait pas la robotique avant », avertit-il, avant de raconter les circonstances qui ont poussé le transporteur à commander une cellule robotisée. Nous sommes avant la pandémie de Covid-19, tient-il à préciser, et un client sollicite l’entreprise de Sillingy, près d’Annecy, pour une livraison de 300 tonnes de gel hydroalcoolique à livrer chaque mois, mais avec la contrainte de devoir changer de palette pour chaque cargaison qui arrivait à l’entrepôt. « Il nous fallait automatiser, car nous n’aurions jamais eu le personnel suffisant pour le faire. » Voilà comment la solution du robot a permis au transporteur de « gagner en compétitivité en optimisant les remplissages des camions », tout en supprimant la pénibilité au travail.

Trois étudiants testent leur programme sur une cellule robotisée de chargement-déchargement de machine-outil.

Le challenge n’était pas simple : il fallait poser les colis au bon endroit, et sans les écraser non plus, rapporte Pascal Megevand. « Les cartons ont déjà voyagé et peuvent ne plus avoir tout à fait la même forme, ils peuvent être abîmés, aplatis. Ce n’est jamais du standard. » Diversité de cartons, de palettisation (rangement des cartons sur les palettes). Sébastien Contat, d’Exiativ, un intégrateur robotique implanté à La Balme-de-Thuy, entre Thônes et Annecy, s’en souvient encore. « La qualité des cartons pouvait être différente, donc leur résistance. » Utilisant des ventouses comme préhenseurs, si elles peuvent porter des charges lourdes, il ne faut que la surface soit trop poreuse non plus, explique Sébastien Contat, ajoutant qu’il fallait tenir compte de la présence des bandes de scotch lors de la préhension des cartons.

Le robot utilisé est un Stäubli TX 200, équipé d’un capteur de vision embarqué sur le préhenseur, et d’un télémètre. Une sorte de pelle venant se placer sous le carton permet de sécuriser la charge durant son déplacement. Et si M. Megevand avait une leçon à tirer de cette première expérience en robotique, il dirait que pour intégrer un robot, il est nécessaire de penser comme l’humain avant de passer à sa programmation. Ce n’est certainement pas les étudiants du Trophée RobotFly qui diront le contraire. La compétition reposant en partie sur la maîtrise d’un logiciel de programmation.

La finale de la 8e édition du Trophée RobotFly 2023 se tenait dans l’Espace Béchet du lycée Charles-Poncet de Cluses.

Férus de robotique
Jérôme MEYRAND - Rédacteur en chefFormé aux microtechniques, devenu journaliste en blouse bleue, passé par l’ESJ Lille.

Les dernières annonces

offre d'emploi Technicien méthodes usinage
Vecqueville, France Ferry-Capitain
offre d'emploi Technicien Méthodes Usinage H/F
Ambérieu-en-Bugey, France DEFILUXE SAS
offre d'emploi Technico-commercial
Castres, France BENNE SA
offre d'emploi Technicien d'application CFAO (H/F)
Lyon, France SolidCAM France
offre d'emploi Technicien d'affutage
Villeparisis, France ATELIERS DE L’ILE DE FRANCE (AIF)

Les prochains événements

Mars

4

Lundi

Simodec

Du 4 au 8 Mars 2024

La Roche-sur-Foron / Haute-Savoie

Mars

5

Mardi

JEC World

Du 5 au 7 Mars 2024

Paris-Nord / Villepinte

Mars

25

Lundi

Global Industrie

Du 25 au 28 Mars 2024

Paris-Nord / Villepinte

Juin

3

Lundi

BIEMH

Du 3 au 7 Juin 2024

Bilbao / Espagne

Couverture magazine Machines Production
Logo Machines Production
Nos offres de lecture
Papier + numérique
  • Accès illimité
  • Tout le contenu magazine
  • Numéros hors série (selon l'abonnement choisi)
  • Editions régionales (selon l'abonnement choisi)
  • Accès aux anciens numéros