Publicité

Universal Robots, un écosystème gagnant

30.05.2018
UNIVERSAL ROBOTS - Universal Robots, un écosystème gagnant

Le spécialiste du robot collaboratif mise sur ses 280 partenaires pour développer des solutions complètes orientées application. Jürgen Von Hollen, président d’UR, nous a reçus sur son stand, lors du salon Global Industrie. Il nous donne sa vision de l’entreprise et nous explique sa stratégie gagnante.


Il faut dire que les chiffres de cette jeune entreprise d’origine danoise créée en 2005 donnent un peu le tournis ! Sa progression de chiffre d’affaires de 62% entre 2015 et 2016 a été encore battue en 2017 avec un chiffre record de +72%. Depuis la mise sur le marché du premier robot UR, en décembre 2008, Universal Robots a connu une croissance importante. Son parc installé est à ce jour d’environ 24 000 robots.

UR voit aussi ses investissements accrus à travers le monde, avec l’ouverture de deux centres de réparation – les premiers du genre en dehors du Danemark – aux Etats-Unis et en Chine – afin de se rapprocher de ses utilisateurs. « Nos clients ne peuvent se permettre aucune perte de productivité, c’est pourquoi nous souhaitons éviter les interruptions d’activité à tout prix.

Notre objectif est qu’un cobot Universal Robots ne reste jamais à l’arrêt, que ce soit pour attendre une réparation ou des pièces de rechange », explique Jürgen von Hollen.

Avant d’ajouter : « Nous prévoyons également d’ouvrir des bureaux commerciaux en Italie et en Turquie, d’en implanter un au Mexique et un troisième en Chine. »


Croissance spectaculaire en 2017


Dans l’industrie, les petites séries de pièces et donc les changements de série sont de plus en plus fréquents. C’est la base du succès d’UR.

Ses cobots proches de l’opérateur sont facilement programmables et flexibles pour s’adapter rapidement aux multiples changements de la production. « Nous sommes sur un marché en forte progression, de l’ordre de 50 à 70% par an, et pour le moment la compétition n’est pas encore trop forte, introduit Jürgen Von Hollen. La concurrence est une bonne chose.

Il n’est jamais bon d’être seul sur son marché. »
L’augmentation de la demande de bras robotisés collaboratifs (« cobots ») ergonomiques, dépourvus de cage de protection et à prix abordable a fait bondir le chiffre d’affaires d’Universal Robots à environ 151 millions d’euros. Le résultat annuel dépasse donc nettement son objectif, avec le meilleur trimestre jamais enregistré par UR. La marge d’exploitation a plus que doublé, passant de 9% en 2016 à 19% en 2017.

« Nous attribuons ce bond sans précédent à une prise de conscience croissante des avantages économiques de nos robots collaboratifs, leaders du marché, pour une gamme toujours plus vaste d’applications, ainsi qu’à l’engagement de nos collaborateurs et partenaires. Notre R&D innovant et totalement orienté sur les bras y sont aussi pour beaucoup, ajoute Jürgen von Hollen.

Pour 2018, nous prévoyons une nouvelle progression de notre chiffre d’affaires, d’au moins 50%. »
Le marché des cobots devrait demeurer l’un des principaux vecteurs de croissance dans le domaine de l’automatisation au cours des années à venir. « Nous nous attendons à ce que Universal Robots continue de bénéficier de sa position de leader de ce marché, en égalant, voire dépassant, son taux de croissance pour 2018.

Cela ne sera toutefois possible que si nous restons concentrés sur nos objectifs de nous maintenir à la pointe de la technologie, et de développer encore notre présence à l’international dans la vente et les services, et surtout d’étendre notre plate-forme Universal Robots +. »


Programme institutionnel Universal Robots +


« Le travail d’équipe au sein de la communauté spécifique d’Universal Robots s’articule autour d’un objectif commun pour accompagner nos collaborateurs, partenaires et clients, contribuant tous ensemble à notre succès collectif. » Lors de Smart Industries, l’entreprise présentait les nouvelles applications de son programme partenaires UR+, auquel participent déjà de prestigieuses sociétés. Des exemples concrets étaient présentés sur son stand : l’identification de pièces grâce aux capteurs Sick, idéale pour les tâches de contrôle qualité ou d’emballage, différentes animations autour du pick & place à l’aide de pinces Schunk et de capteurs OptoForce (qui apportent le sens du toucher au bras robotisé) ; ou encore la programmation des applications de palettisation à l’aide de systèmes Robotiq. « Vissage et assemblage complexes, contrôle qualité, manipulation, chargement-déchargement, pick & place guidée par vision, pin insertion, polissage avec capteur de force… Nous voulons démontrer que pratiquement toutes les opérations industrielles peuvent être effectuées grâce à ces collègues d’un nouveau genre », conclut le PDG Allemand.

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande