Publicité

Production en moules de verrerie

30.06.2008
NOVAMOULES - Production en moules de verrerie

Les moulistes ont beaucoup souffert de la concurrence des pays low-cost. Deux issues permettent de limiter cette pression des donneurs d'ordres sur les prix : Le savoir-faire et l'investissement. Une PMI du Rhône a su rassembler ces atouts, tout en se structurant et en s'entourant de bons partenaires pour mieux affronter les prochains défis.

Créée par cinq professionnels du moule verrier en 1980, Novamoules (A.518) a connu les vingt premières années une croissance rapide, une concurrence croissante à l'Est et la concentration progressive de ses clients. En 2004, l'un des fondateurs, Loreto Ricci reprend la totalité des parts, appelle sa fille Stéphanie à ses côtés pour dynamiser l'action commerciale et construit une stratégie entièrement tournée vers la performance.

En 2007, Delphine, sa seconde fille rejoint l'entreprise de 51 personnes pour en suivre la gestion comptable et les résultats, redevenus positifs depuis 2005. Plusieurs investissements témoignent du chemin pris pour assurer ce succès.

C'est l'histoire d'une famille passionnée que Mach'Pro veut conter ici, mais aussi la preuve que la réussite est toujours possible dans ce métier. Un métier hautement technique Novamoules est spécialisée dans la fabrication d'accessoires de moules pour verrerie qui constituent l'une des parties du moule complet de bouteilles ou de pots en verre. Par exemple, la forme du col où se visse le bouchon est soumise à des températures excessives.

Les accessoires fabriqués par Novamoules sont donc des pièces de précision fabriquées en bronze ou en fonte pour le moule de bague, ou en acier pour le poinçon de soufflage, tous deux recevant un report de métal sur la partie en contact avec le verre avec un alliage à 80% de Nickel, de carbure de tungstène ou de cobalt, sur quelques dixièmes jusqu'à plusieurs millimètres.

C'est aussi le cas de certains moules de pots de confiture ou de yaourt, dont Novamoules assure la fourniture pratiquement complète. L'usinage des coquilles mâles et femelles intervient donc à plusieurs stades, en amont et en aval de la métallisation. Dédiés à de grandes cadences de production, toujours en configuration multi-sections, ces moules sont fabriqués en petites et moyennes séries, entre 20 et 500 pièces pour une même référence.

Toute la difficulté de ce métier réside dans la métallisation de l'alliage nickel sur le bronze ou l'acier de support, tout en usinant avec précision les empreintes et les filets. Il faut savoir qu'auparavant - et pour la plupart des concurrents de Novamoules c'est toujours vrai - la métallisation s'effectuait au chalumeau manuel.

D'autre part, lorsqu'il faut usiner le bronze métallisé, les outils coupants travaillent entre cuir et chair, avec des vitesses de coupe qui devraient être de 300 m/mn dans un cas et de 30 m/mn dans l'autre. Les outils, même les plus performants, souffrent terriblement, s'ils ne sont pas utilisés dans des conditions très particulières. Ces deux savoir-faire ont été construits sur une longue expérience, renforcée d'un investissement permanent dans les moyens de fabrication.

"Notre force a toujours résidé dans notre savoir-faire" dit effectivement Loreto Ricci. "Mais nous devons aujourd'hui être toujours plus flexibles, plus réactifs et plus proches de nos clients, tout en trouvant les moyens d'abaisser nos coûts de production." précise-t-il. Investir dans le rendement permanent Novamoules disposait déjà d'un parc-machines CNC bien automatisé.

Une quinzaine de centres de tournage mono ou bibroches, une dizaine de centre de fraisage 3 axes et un 5 axes, dont près de la moitié sont chargés par manipulateur, assurent l'ébauche avant et la finition après métallisation. Cependant, l'investissement dans trois stations de métallisation automatisées a augmenté considérablement la capacité de Novamoules. "Ces équipements assurent également une régularité du dépôt inégalable," précise Loreto Ricci.

Mais la préparation des pièces en usinage suivait plus difficilement ce rythme de travail. La solution fut alors trouvée avec Rosilio Machines-Outils (A.519) et son agent régional Must Automation, partenaire de longue date de Novamoules pour la maintenance de son parc-machines. Ils allèrent ensemble visiter un mouliste italien qui utilise un centre horizontal Doosan HC500, comme un véritable fluidificateur de production.

Convaincu par ses capacités, son rapport prix-performances et le service apporté par Rosilio MO, Loreto Ricci décida d'investir dans le même centre d'usinage, installé fin 2007 dans l'atelier. "Avec sept palettes cubiques, chargées de 24 pièces différentes, pour lesquelles nous pouvons choisir les priorités à tout moment, ce centre correspond exactement à notre besoin de flexibilité et de réactivité.

Il contribue grandement à l'accélération de la circulation des flux dans l'atelier" nous dit Loreto Ricci. Soixante outils en magasin, 18,5 kW à la broche pour 286,2 Nm de couple, un changement d'outils en 1,5 s, des vitesses de déplacement à 40m/mn sur une structure rigide positionnent ce centre parmi les très bons standards actuels. Aujourd'hui, le centre produit en 3x8, 7j/7j et souvent sans surveillance.

Il optimise les flux de fabrication avant métallisation, impliquant déjà le projet d'un investissement encore plus performant dans ce domaine. Une nouvelle installation de stockage de gaz fut également nécessaire, afin d'assurer le traitement de 1 500 kg d'alliage nickel d'apport par mois. "Aujourd'hui, nous prenons des parts de marché à l'export et nous avons livré la semaine dernière notre 1ère commande au Brésil, ainsi qu'une autre en Chine," nous dit en souriant Stéphanie Ricci.

Grâce à ces investissements, elle peut aller en toute quiétude chercher de nouveaux marchés. Elle sait que son technicien de père et toute son équipe assureront parfaitement ensuite Qui a peur de la concurrence ? La concurrence existe depuis le premier échange commercial.

Avec cet investissement et la méthode de travail novatrice proposée par Rosilio MO, Novamoules prouve qu'il est possible de créer une valeur ajoutée toujours plus grande, augmenter sa productivité et encore mieux organiser ses flux. Avec le centre Doosan H500, Novamoules prouve aussi qu'une machine de grande production est très bien adaptée à la petite série.

En conclusion, Loreto Ricci nous dit : "Finalement, l'important est d'avoir toujours une longueur d'avance sur ses concurrents." Avec ses deux filles, toute son équipe et ses partenaires fournisseurs, il le fait aussi bien qu'il le dit.

ABONNEZ VOUS

Lecture réservée aux Abonnés

Vous devez être abonné pour
accéder à cet article

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

  • NOVAMOULES - La petite série y a droit aussi

    16.06.2008

    Novamoules (A.580) est spécialisée dans la fabrication d'accessoires de moules pour verrerie qui constituent l'une des parties du moule complet de bouteilles ou de pots en verre Les accessoires fabriqués par Novamoules sont des pièces de précision fabriquées en bronze ou en […] Lire la suite

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande