Publicité

Des filières pleines d’avenir

06.06.2018
MECABOURG - Des filières pleines d’avenir

Mécabourg fédère dans le département les entreprises de la filière mécanique, métallurgie et carrosserie industrielle, dont l’activité a été dynamique en 2017, selon sa dernière enquête de conjoncture. L’occasion de dresser le portrait d’un discret champion de l’industrie française.


Sans grande surprise, l’enquête de conjoncture de l’année 2017* menée sur le département de l’Ain, par Mécabourg, groupement des entreprises de la filière mécanique, métallurgie et carrosserie industrielle (lire également notre encadré), a révélé une santé de fer, auprès de 65 entreprises adhérentes.
Ainsi, la situation économique au 31 décembre 2017, reflète une activité qui se stabilise à un bon niveau.

« 90% des répondants ont une activité plutôt bonne, bonne ou très bonne, comme en septembre (mois de la précédent enquête, Ndlr), à la nuance près que le pourcentage d’entreprises ayant une très bonne activité a augmenté : 43% en novembre contre 36% en septembre », rapporte Mecabourg.

Et l’activité aura donc été « significativement meilleure qu’en 2016 », à la même période où seulement 63% des personnes interrogées étaient dans une « dynamique positive ».
En revanche, la baisse sur la visibilité des commandes s’est accentuée, puisque seulement 30% des sondés considèrent que la visibilité des commandes augmente sur cette fin d’année. Ils étaient 50% au mois de septembre mais 62% en juillet.

Tandis que fin 2016, 47% des répondants estimaient que la visibilité des commandes augmentait : « Ce qui s’est traduit dans les faits par une bonne activité sur 2017 », note le rapport.


Des marchés porteurs


Autre point positif : tous les marchés des adhérents interrogés semblent porteurs : agriculture, agroalimentaire, automobile, bâtiment, carrières, carrosserie industrielle, chaudronnerie, cosmétique, énergie, équipements industriels, ferroviaire, médical, nucléaire, plasturgie et TP.
Premier département industriel de France en part de main d’œuvre industrielle, l’Ain s’appuie sur un territoire composé d’un maillage de 38 000 entreprises TPE, PME et ETI. Troisième département exportateur d’Auvergne – Rhône-Alpes et troisième département innovant de la grande région en nombre de brevets déposés (192 en 2014), l’Ain est aussi le quatrième département de France dont le taux de chômage était le plus bas en 2017, soit 7,2%. Voilà pour le palmarès.
La filière plasturgie et matériaux composites est l’une qui caractérise le mieux ce département présidé par Jean Deguerry. Elle représente pas moins de 36% de l’activité plasturgique en Rhône-Alpes et 6,2% en France. Avec 700 entreprises et 17 000 emplois, l’Ain regroupe la plus forte concentration d’entreprises du secteur en Europe, assure-t-on à l’Hôtel du département, qui siège avenue Alsace-Lorraine, à Bourg-en-Bresse.
Les plasturgistes se sont regroupés au sein d’un pôle de compétitivité Plastipolis, qui dresse les chiffres suivants : 400 adhérents, 230 projets labellisés et 25 projets européens. La filière s’appuie également sur un Centre technique industriel de la plasturgie et des composites et de Plasticampus, une structure lancée en 2013 dédiée à la formation et à la valorisation de la formation professionnelle. La Cité de la Plastronique, inscrit au Contrat de plan Etat-région, ambitionne de générer, à l’horizon 2020, un chiffre d’affaires direct de 100 millions d’euros, et un chiffre d’affaires indirect de 400 millions d’euros.


Vitrine européenne


Enfin, le département pourra compter sur sa Cité de la Plastronique, à Oyonnax, qui a pour ambition de « regrouper en un lieu unique les principaux acteurs de cette nouvelle filière plastronique, en proposant notamment un centre de recherche/formation dédié, une maison des hautes technologies, un incubateur, une pépinière d’entreprises pour les start-up, et hébergera la plateforme S2P », décrit la structure intercommunale Haut-Bugey Agglomération (HBA).
Future vitrine européenne de la technologie Plastronique, la Cité de la Plastronique sera dotée d’un ensemble immobilier « de premier choix » sur une surface de 4 hectares à Oyonnax et verra le jour en 2019, selon HBA.
La mécanique est l’autre filière majeure du pays bressan, avec 900 entreprises, pour la plupart spécialisées dans les poids lourds et la carrosserie industrielle, la métallurgie, les machines et les équipements industriels. Elle totalise 14 000 emplois.
Enfin, l’Ain abrite également des spécialistes en équipements électriques, électroniques et automatismes. Il s’agit, selon le conseil départemental, d’une « filière d’excellence fortement exportatrice ». Elle rassemble 446 entreprises pour 5 400 salariés, dans des secteurs industriels de pointe : domotique, connectique, robotique… Des PME soutenus par les pôles de compétitivité LUTB, ViaMéca ou Plastipolis.


*Environ 50% des adhérents ont répondu à l’enquête de conjoncture Mécabourg, soit un panel de 30 à 35 entreprises en moyenne.

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

  • MECABOURG - Le CAD - Connexions Ain'dustrielles

    08.05.2016

    Mécabourg organisait les 27 et 28 avril derniers la première édition du CAD - Connexions Ain'dustrielles : 2 jours de RV d'affaires pour mettre en relation les adhérents de Mécabourg avec des donneurs d'ordres au cours de RV programmés à l'avance.C'est le site de Renault Trucks  […] Lire la suite

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande