Publicité

ATR optimiste pour 2017

13.09.2017
MACHINES PRODUCTION - ATR optimiste pour 2017
Le groupe français ATR, numéro un mondial sur le marché des avions turbopropulseurs régionaux, est optimiste sur ses objectifs commerciaux pour 2017 grâce à la conquête de nouveaux marchés en Inde et aux Etats-Unis notamment, a indiqué mercredi 13 septembre son président Christian Scherer.

« Après avoir connu un ‘‘ramp up’’ (montée en cadence) assez significatif ces dernières années, nous essayons de stabiliser autour de 80 avions (livrés, Ndlr) par an ce qui représente environ 75% des livraisons de turbopropulseurs dans le monde », a expliqué M. Scherer au cours d'une rencontre avec l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

« Notre obsession, c'est d'avoir un ‘‘book to bill’’ (ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d'affaires) supérieur à 1 et j'ai bon espoir que ce sera le cas" en 2017, a-t-il précisé. M. Scherer, aux commandes d'ATR depuis 10 mois, s'est félicité des « succès commerciaux » obtenus sur de nouveaux marchés comme l'Inde, la Chine ou les Etats-Unis.

La coentreprise des groupes Airbus et Leonardo-Finmeccanica a signé des lettres d'intention avec la compagnie indienne à bas coût IndiGo pour 50 ATR 72-600 (78 places), le groupe chinois Tianju Investment Group pour 10 ATR 42-600 (50 places) et la compagnie aérienne américaine Silver Airways pour 20 ATR 42-600. Elle n'avait pas vendu un seul avion aux Etats-Unis depuis 20 ans, selon M. Scherer.

ATR, qui emploie 1.343 personnes, avait réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars, en repli par rapport à 2015, et avait livré 80 appareils contre 88 l'année précédente. Le constructeur devrait réaliser, selon M. Scherer, un chiffre d'affaires similaire en 2017. L'avionneur compte 210 clients dans le monde, dont 63 en Asie-Pacifique, 62 en Europe, 38 en Afrique, 31 en Amérique latine et 16 en Amérique du Nord. M.

Scherer a par ailleurs insisté sur la nécessaire « internationalisation » de l'entreprise face à une nouvelle « typologie » de clients avec un « dialogue financier, légal » qui est « très loin du romantisme de l'aviation régionale ».

« Vous devez mettre face à ces gens-là des loups et non pas les héritiers de ce que nous sommes tous, de grands ingénieurs de l'aéronautique », a-t-il estimé.
© AFP (photo Arpingstone)

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande