Publicité

Dégraisser écologiquement

12.06.2017
FUCHS LUBRIFIANT FRANCE - Dégraisser écologiquement

En commercialisant le détergent industriel multi-usage Renoclean Eco 2001, Fuchs lubrifiant France mise beaucoup sur le développement de produits toujours plus respectueux de l’homme et de l’environnement.

Ecologique et efficace. Né dans les laboratoires Fuchs lubrifiant France de Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, le Renoclean Eco 2001 est un détergent industriel multi-usage, éco-conçu, formulé sur la base de matières premières biodégradables, et dont une part importante est issue de ressources renouvelables.

« C’est un détergent écologique de pH neutre, non classé et sans étiquetage de sécurité, développé pour minimiser l’impact sur l’homme et l’environnement : il ne contient aucun composant tels que phosphate, EDTA ou NTA, solvant pétrolier colorant, parfum… », affirme la filiale du groupe allemand, qui emploie en France emploie 275 collaborateurs et réalise 115 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Qu’il soit sous forme de pulvérisateur manuel de 750 ml, en bidon de 5 kg, jerrycan de 20 kg ou fût de 210 kg, le Renoclean Eco 2001 est utilisé pour les applications de nettoyage et d’entretien courant en milieu industriel. Dans les ateliers de production ou de maintenance, il élimine la plupart des salissures grasses d’origine minérale ou organique. Quels que soient les secteurs d’activité, ce détergent est utilisé pour le nettoyage de pièces mécaniques, machines et outillages de production, infrastructures et équipements industriels, sols (carrelés, peints ou avec revêtements synthétiques).
Commercialisé depuis le premier trimestre 2017, le Renoclean Eco 2001 a été développé à partir d’un cahier des charges établi « au regard des besoins exprimés par nos clients », précise Vincent Babok, chef de produit dégraissage et protection anticorrosion, joint par téléphone. « Il fallait que ce soit un produit écologique, avec des critères assez sévères, de non-nocivité, mais tout en étant très performant », se souvient-t-il.


« Une offre globale sur le process »
Connue pour ses huiles de coupe, le groupe mondial aux racines familiales conçoit également des produits, qu’ils soient lessiviels ou solvants, pour le dégraissage de pièces en production et la maintenance. Une activité qui représente en France entre 10 et 15% du chiffre d’affaires. Mais Fuchs souhaite continuer à « se développer sur ce segment, car la volonté est de proposer à nos clients une offre globale pour l’ensemble de leur process », commente Vincent Babok. Par ailleurs, dans son catalogue, on trouve également des « équipements et du matériel dédiés à l’application de nos produits : machines à laver, fontaines de dégraissage, déshuileurs, systèmes de dosage automatiques de produits… », décrit M. Babok, qui ajoute que Fuchs est en mesure de proposer une offre de prestations globales, comme « la location d’équipements, intégrant l’entretien et la maintenance du matériel, jusqu’au retraitement des déchets ».
Parmi l’offre de l’entreprise de Mannheim, on soulignera les produits de dégraissage en interopération, au pH situé entre 9 et 10, qui sont utilisés dans des installations de lavage, directement après les opérations d’usinage ou avant et après traitement thermique, ainsi que les produits dits alcalins, qui vont être plus efficaces sur les salissures coriaces, comme on peut en trouver notamment dans l’emboutissage profond employant des produits à forte viscosité et haute additivité.
Il ne faudrait pas oublier non plus les solvants A3, qu’ils soient de type hydrocarbure ou en alcool modifié. « Il y a un renouveau de ces technologies, particulièrement avantageuses dans le décolletage », note le chef produit Fuchs lubrifiant France. A ce sujet, la marque propose des produits anti-corrosion ou produits de conservation, sous forme d’additif. L’amélioration des propriétés de protection anticorrosion est d’ailleurs un axe de développement important pour l’ensemble des produits interopération.


Ingénieurs en réseau
L’écologie ? Un autre point sur lequel Fuchs est particulièrement attentif. « Nous travaillons sur des formulations les moins nocives possibles. Toutes les substances, qui pourraient potentiellement représenter un risque, sont au fur et à mesure éliminées de nos formulations, insiste M. Babok. Nous allons vers le mieux disant en termes d’hygiène et sécurité, et sur le plan environnemental aussi. Nos clients sont demandeurs de produits moins contraignants pour leurs opérateurs. »
C’est la force de l’entreprise aux 33 usines de production : son pôle R&D est constitué en réseau entre les différentes entités du groupe. « Nous sommes régulièrement en contact avec nos homologues, que ce soit en Italie, Allemagne, Espagne, Angleterre, et sur les autres continents, en Amérique et Asie. Et toutes ces plateformes fonctionnement en synergie », se félicite le chef de produit français. Ce qui a permis de donner naissance au Renoclean Eco 2001, un produit 100% tricolore, « mais incolore », sourit Vincent Babok.

ABONNEZ VOUS

Lecture réservée aux Abonnés

Vous devez être abonné pour
accéder à cet article

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande