Publicité

" Le salon accueillera davantage d'exposants internationaux "

15.03.2017
EVENTECH -

Le salon EPHJ-EPMT-SMT ouvrira ses portes à Genève, du 20 au 23 juin. Les organisateurs ont mis en place des actions pour attirer encore plus de visiteurs et exposants étrangers à ce rendez-vous de la technologie de haute précision. Entretien avec Alexandre Catton, chef de projet pour la coordination et l'organisation du salon.

Arrivé en septembre 2016 au sein de la structure genevoise Palexpo, Alexandre Catton est le chef de projet pour la coordination et l'organisation du salon EPHJ-EPMT-SMT, le rendez-vous des technologies de haute précision dédiées à l'horlogerie-joaillerie, aux microtechniques et medtech. Il revient sur les spécificités de cette exposition, qui se déroule à Genève, et sur les nouveautés de cette édition.


Le salon international annuel dédié à la haute précision dans les domaines horlogers, joaillers, microtechnologiques et medtech se tiendra, du 20 au 23 juin, à Genève. Qu'est-ce qui caractérise EPHJ-EPMT-SMT ?
C'est avant tout l'endroit où se rencontrent les professionnels et où se font les affaires. La convivialité est également fortement liée au salon. Elle facilite les échanges, qu'ils soient entre exposants ou avec les visiteurs.

C'est un endroit où les savoir-faire sont mis en avant. Il y a un cadre qui est donné. La sobriété du salon, qui n'empêche pas les très beaux stands, permet de faire ressortir, non pas un décorum, mais de mettre en avant, sur un plan d'égalité, toutes les créations et les innovations. Nous fournissons un écrin pour faciliter cela. C'est une des forces de ce salon.

Tous les modules, dont le nombre peut varier mais est limité, sont les mêmes pour tout le monde, et le nom de l'entreprise est inscrit sur un bandeau qui surplombe le stand. Quand on entre dans les couloirs du salon EPHJ-EPMT-SMT, c'est comme dans un village bien achalandé et convivial et l'on y découvre les vitrines. Mais il n'y aura pas un immeuble plus haut que l'autre.


La dimension internationale du salon est incontestable...
En effet, nous accueillons près de 20 000 visiteurs professionnels qui proviennent des cinq continents. Nous travaillons d'ailleurs actuellement à développer le nombre de visiteurs en provenance d'Angleterre, d'Allemagne, de France et d'Italie. La proximité de l'aéroport et de la gare permettent de se rendre facilement au salon pour la journée.

Cette année, nous accueillerons de nouveaux exposants internationaux, dont six entreprises de Nagoya (la troisième ville du Japon par sa superficie, Ndlr), actives dans les microtechnologies. Le salon a un véritable rayonnement international.


Le salon se divise en trois secteurs : un réservé à l'horlogerie-joaillerie, et deux autres à la microtechnologique et au medtech.

Les exposants et visiteurs s'y retrouvent-ils ?
Il existe de très nombreuses synergies entre les trois secteurs qui le composent. Ce qui permet souvent aux entreprises d'être moins tributaires de la conjoncture d'un secteur, et à chacun de montrer la diversité de ses activités. Il y a réellement des passerelles de plus en plus fréquentes entre les trois secteurs.


EPHJ reste l'espace le plus imposant du salon.

Cela est-il amené à évoluer ?
En effet, EPHJ occupe plus de 60% de la surface du salon. Le secteur horloger est la partie historique du salon et en restera toujours le core business. C'était le seul secteur à la naissance du salon, avant que celui-ci ne s'ouvre, au fil des années, à tous les autres domaines des microtechnologies et aux autres métiers de la haute précision.

Cependant, ne sont placées dans ce secteur, hormis pour des raisons historiques, que les sociétés qui possèdent 70% de leur activité dans ce secteur. De par son aspect transversal, le salon réunit également près de 300 sociétés actives dans les technologies médicales. Certains exposants passent également d'un secteur à l'autre.

Certaines entreprises qui exposaient sur EPHJ ont souhaité cette année déplacer leur stand sur EPMT, parce qu'ils ont, par exemple, une machine qui est capable de produire autre chose que des composants de montres.


Des nouveautés cette année ?
L'an dernier, nous avions, au sein d'un Medtech Village, un nombre important de start-up actives dans ce domaine.

Soucieux de promouvoir l'innovation tout en encourageant les risques pris par de jeunes sociétés, nous avons, cette année, décidé de créer un véritable " Espace start-up " dédié aux jeunes pousses de tous les domaines.

Pour celles-ci ce sont des opportunités de montrer leur inventivité et de se faire connaître d'un nombre important de clients potentiels.


" Les réseaux sociaux : une vitrine supplémentaire "


Quelle place prendront les réseaux sociaux ?
C'est en effet un point sur lequel nous travaillons activement cette année. Nous voulons mettre en avant nos réseaux sociaux, Twitter, LinkedIn et les mettre au service des exposants.

L'objectif est de leur offrir une vitrine supplémentaire pour présenter leur savoir-faire, leurs produits, créer des contacts, diffuser leurs innovations. Nous souhaitons que le salon soit un lien entre eux et leurs industries, non seulement pendant le salon, mais également le restant de l'année. Une façon d'entretenir le lien, qui doit pouvoir se concrétiser par des rencontres, qui se feront sur place. Nous aurons aussi une chaîne YouTube qui permettra d'ajouter du matériel vidéo.


Envisagez-vous d'agrandir le salon ?
Nous avons développé les secteurs que nous souhaitions et couvert les domaines synergétiques de la haute précision. EPHJ-EPMT-SMT est le plus important salon en Suisse ; de même nous sommes la plus importante manifestation dans le domaine du dispositif médical. Nous n'envisageons, en aucun cas, un élargissement à d'autres domaines ; et nous ne voulons pas occuper d'autres espaces qu'actuellement.

Ceci afin de préserver sa qualité et sa convivialité. Etre de plein pied, c'est aussi un avantage. Avec un salon à taille humaine et en se préparant bien, on peut le visiter en une journée. Nous souhaitons simplement, à l'avenir, améliorer sans cesse ce qui fait l'esprit et la renommée du salon.


L'horlogerie est un secteur avec quelques difficultés actuellement.

Cela a-t-il un impact sur le salon ?
Nous affichons, à l'heure de votre question, sensiblement le même taux de réservation de stands qu'à la même période l'an dernier. Dans le contexte actuel particulier pour le marché de l'horlogerie, nous constatons que les stratégies diffèrent dans les entreprises. Toutefois, dans ces moments, il est important de se rendre visible.

Et le salon est une réelle opportunité d'aller reconquérir des parts de marché, de pouvoir créer un premier contact avec un client qui vient y chercher un nouveau fournisseur.

ABONNEZ VOUS

Lecture réservée aux Abonnés

Vous devez être abonné pour
accéder à cet article

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande