Publicité

Oser le changement avec Emuge-Franken

08.11.2019
EMUGE FRANKEN - Oser le changement avec Emuge-Franken

L’exposition mondiale de la machine-outil est aussi celle de l’outil coupant. Lors de l’EMO de Hanovre récente, de nombreuses nouveautés sont apparues. Et certaines innovations plus anciennes, utilisées largement en Allemagne, sont ignorées, ou presque, par le marché français concerné. Pourquoi ?


Lors de l’EMO 2019, les halls consacrés à l’outil coupant ont connu un véritable succès, à l’allemande. Hormis les importateurs, les professionnels français ont été peu nombreux à faire le déplacement jusqu’à Hanovre. Pourtant, toucher du doigt les innovations proposées aurait pu permettre à beaucoup de doper les performances de leurs ateliers. Parmi celles-ci, le fraisage inox, en particulier, était à l’honneur, ainsi que le filetage par fraisage et le taraudage par déformation.

Le fabricant allemand Emuge Franken, notamment, présentait des nouveautés intéressant directement la performance pour ces opérations.

La discussion autour de l’une d’entre elles a constitué une véritable surprise pour la rédaction.


Des solutions pour le fraisage inox


Les fraises en carbure monobloc TiNox-Cut Base ont été développées par Franken pour répondre aux exigences particulières de l’usinage des aciers inoxydables et résistant aux acides.

Ces outils sont une extension de la gamme TiNox-Cut du fabricant, intégrant déjà la ravageuse TiNox-Cut NF, pour l’ébauche des matériaux les plus difficiles, ainsi que la fraise TiNox-Cut N dédiée à l’usinage des alliages de titane. Plus généraliste, la gamme TiNox-Cut Base élargit les possibilités de cette gamme par une conception plus universelle, intéressant tous les sous-traitants en mécanique, aussi bien que les industries chimique et alimentaire.

Ces outils de fraisage peuvent être utilisés à la fois pour les opérations d’ébauche et de finition. La géométrie particulière de l’arête de coupe lui permet de conserver une bonne acuité. L’utilisation des revêtements les plus récents suppriment l’effet de goutte.

En combinaison avec un substrat carbure haute performance, ces revêtements permettent, en fonction de la stratégie de fraisage, d’utiliser également ces fraises pour l’usinage à sec de certains inox de type 304, Z5CN17-08, voire plus. En rainurage dans le plein avec une profondeur égale au diamètre, une fraise de 16 mm peut avancer de 0,032 mm par dent avec une vitesse de coupe de 60 m/mn dans un acier de type super Duplex.

Un gain de 67 % en taux d’enlèvement de copeaux, par rapport à l’utilisation d’une fraise classique, a été prouvé par une fraise TiNox-Cut Base chez Emuge, lors d’essais sur un acier inoxydable haute température 316L.


Le filetage ramène sa fraise


L’éventail de fraises à fileter a évolué principalement pour obtenir un gain de temps lors de l’usinage. Chez Emuge, la gamme des fraises monobloc à tourbillonner a été modifiée.

L’adoption d’une nouvelle géométrie, conjointe à l’augmentation du nombre de dents, permet d’améliorer le temps d’usinage. De plus, grâce à la diminution des efforts de coupe et à la fragmentation des copeaux, la profondeur utile usinable a aussi été augmentée. Parallèlement, une nouvelle gamme de fraises à fileter à plaquettes interchangeables, à partir du diamètre 12 mm, a vu le jour. Les plaquettes avec six jusqu’à dix dents, selon le diamètre, permettent d’usiner très vite.

Le temps copeaux est même parfois inférieur à celui d’un taraud. Ce type d’outil est aussi extrêmement polyvalent. Un même outil peut réaliser plusieurs diamètres et plusieurs pas. Du fait des faibles efforts de coupe et, donc, des forces radiales réduites, la profondeur taraudée peut être importante et l’entrée du taraudage est très réduite. L’évacuation du copeau court est très sûre. Le montage, simplifié au maximum avec une seule vis centrale, assure la rigidité de l’ensemble.

Avec sept tailles de corps disponibles en deux longueurs, la plage d’utilisations est très large.

Les plaquettes sont disponibles sur stock en 60° pour les taraudages métriques et américains, et 55° pour le taraudage et le filetage extérieur des pas Gaz et anglais.


Il faut jouer pour gagner


En 2015, avec une moyenne de points de 15,62 sur 20, le taraudage par déformation Punch Tap, conçu par Emuge Franken, remportait le prix du copeau Machines Production lors du salon Industrie Lyon 2015.

Il était aussi lauréat du Trophée de l’innovation, décerné par le salon en catégorie « Productivité ». Le taraud Punch Tap a donc fait l’unanimité du jury professionnel de la revue Machines Production et de celui, plus large, d’Industrie Lyon. Il permettait, déjà à l’époque, un gain de temps de 75 % suivant les comparaisons effectuées par Audi et Emuge sur le taraudage de blocs cylindre de moteurs d’automobiles en fontes d’aluminium.

De plus, un autre axe de profit est la durée de vie atteinte qui est très largement supérieure à 100 000 trous. Maintenant disponible à partir de M1, c’est un process de taraudage qui permet de réaliser la longueur totale du filet en seulement un demi-tour.

Malgré cette reconnaissance des professionnels, malgré ces performances prouvées et annoncées dans toute la presse professionnelle, la construction automobile française ne l’utilise toujours pas ! Les premières commandes sont venues seulement cette année, de sous-traitants qui ont tenté l’essai et ont été convaincus de son efficacité. Dans tous les domaines, les Français sont conservateurs. En général, c’est bien dommage. Dans l’industrie, cela devient dramatique.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT

Lecture réservée aux Inscrits

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour accéder à l'intégralité de nos articles de manière ILLIMITEE

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande