Publicité

Ellistat ouvre de nouveaux horizons qualitatifs

06.06.2019
ELLISTAT - Ellistat ouvre de nouveaux horizons qualitatifs

Nominée aux Awards de Global Industrie 2019, la start-up annécienne enchaîne les succès avec son logiciel Ellisetting. Cet entretien avec Davy Pillet, son PDG, ouvre de larges perspectives à l’Automated Process Control (APC).


Lors du salon Global Industrie de Lyon, votre logiciel Ellisetting a été reconnu comme une aide probante à l’industrie 4.0. Est-ce que cette nomination a changé le regard des industriels sur votre produit ?


Davy Pillet. Effectivement, et c’est d’ailleurs l’effet qui était recherché.

Nous avons mis énormément de notre temps et de nos efforts dans la communication, à travers des conférences, des rencontres ou encore dans les trophées de l’innovation, et cela a payé. Les articles parus dans votre revue ont aussi contribué à une meilleure compréhension de l’APC et de son utilité pour le pilotage automatique des machines-outils. De plus, notre logiciel est très abordable et les sociétés peuvent effectuer un essai gratuit permettant de s’assurer qu’il répond à leurs attentes.

Grâce à ses algorithmes de machine learning, le logiciel s’auto-adapte en fonction de la mesure actuelle et des corrections précédemment réalisées.

Tous les utilisateurs sont surpris de l’amélioration de la qualité produite sur les machines ainsi pilotées, assurant un retour sur investissement rapide.


Après Global Industrie, est-ce que vous participerez à l’exposition EPHJ-EPMT-SMT de Genève ?


Oui, pour la deuxième année consécutive, nous retournons sur l’exposition de Genève en juin.

Nous y avons rencontré de nombreux acteurs horlogers, qui sont devenus nos clients et utilisent quotidiennement le logiciel Ellisetting dans leurs ateliers. Malheureusement, la plupart ne veulent pas être cités comme référence, mais certains comme Piaget ou Roger Dubuis ont témoigné de leurs résultats lors de nos conférences.

Nous espérons aussi rencontrer des décolleteurs suisses et français, afin d’élargir encore notre marché dans le secteur automobile.


Est-ce que ce secteur a les mêmes problématiques que l’horlogerie, en termes de suivi de la qualité ?


Pas tout-à-fait. Dans le secteur horloger, Ellisetting améliore les résultats sur des pièces complexes, avec des chaînes de cote et une enveloppe géométrique impliquant de nombreux correcteurs d’outils.

L’APC intègre tous ces éléments pour calculer automatiquement les corrections à apporter en fonction des écarts constatés. Les entreprises horlogères, mais aussi les fabricants des pièces complexes sont particulièrement intéressés par le fait qu’une seule pièce permet de régler automatiquement la machine. Par exemple, Eurocast qui réalise, entre autres, des carters de boite de vitesses a investi dans notre logiciel sur l’ensemble de ses sites dans le monde.


Dans le décolletage, les entreprises sont intéressées par le pilotage de pièces aux caractéristiques moins nombreuses, souvent plus simples à régler mais très précises. Dans ce cas, Ellisetting permet, grâce à ses algorithmes de machine learning, de réduire la dispersion finale et ainsi réduire le taux de non-qualité. Cela permet à nos clients d’accepter des tolérances plus serrées et également d’homogénéiser le réglage des machines entre les différentes équipes.

Joseph Martin utilise déjà cette technologie et des sociétés comme Alpen’tech ou Kartesys, entre autres, prennent cette voie pour le réglage de tours monobroches et multibroches pour la production de pièces automobiles.


Quelles sont les pistes de développement que vous comptez emprunter dans un proche avenir ?


Cette année nous devrions réaliser un chiffre d’affaires d’environ 800 000 euros, avec une douzaine de personnes travaillant directement ou indirectement pour Ellistat. L’étape suivante consiste à développer notre potentiel au niveau national et international.

Pour cela, nous sommes ouverts aux partenariats avec les éditeurs de logiciel, les constructeurs de machines-outils et la filière mécanique en général. L’objectif d’Ellisetting est de devenir le leader du pilotage des machines-outils et de s’intégrer pleinement dans la nouvelle industrie 4.0. La connexion 4.0 implique une ouverture optimale pour la communication entre les machines-outils, les moyens de contrôle et tout l’environnement logiciel de type ERP.

Le but d’Ellisetting n’est pas de les remplacer, mais de savoir communiquer avec cet environnement en devenant un appui d’amélioration permanente des procédés.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT

Lecture réservée aux Inscrits

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour accéder à l'intégralité de nos articles de manière ILLIMITEE

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande