Publicité

Ecoclean s’adapte à l’évolution des exigences

02.08.2019
ECOCLEAN TECHNOLOGIES SAS - Ecoclean s’adapte à l’évolution des exigences

En proposant, en une seule installation, à la fois le nettoyage à chimie humide et au plasma basse pression, le constructeur apporte une réponse à tous les procédés de fabrication qui nécessitent des surfaces très propres.


Présentée comme une solution en une seule et même installation, combinant le nettoyage à chimie humide et au plasma basse pression, la nouvelle machine Ecoclean est une véritable innovation. En effet, elle intègre à la fois le plasma atmosphérique, le laser, la projection de glace carbonique et/ou l’inspection des surfaces pour le nettoyage ou l’activation partiel.

« Presque toutes les exigences de pré-traitement sont ainsi comblées », commente le constructeur.
Cette installation, conçue pour du nettoyage de précision, est capable de traiter aussi bien les pièces en acier, aluminium, verre, céramique, « et partiellement aussi en d’autres matières », qui sont nettoyées en lot, sur support ou en vrac.
L’entreprise (anciennement Dürr Ecoclean) a développé un procédé de nettoyage combiné : un nettoyage à chimie humide suivi d’un nettoyage au plasma.

« Le nettoyage au plasma basse pression est ici intégré à une installation de nettoyage à chimie humide. Étant donné que presque tous les éléments nécessaires à cette technologie de nettoyage comme les techniques du vide, de mesure et de régulation sont déjà présents pour le nettoyage à chimie humide dans les installations Ecoclean, il n’y a pas de frais ou travail supplémentaire », assure le fabricant.


Flexibilité


Les avantages apportés par le nettoyage au plasma intégré pour le dégraissage de précision sont nombreux. Ecoclean cite notamment la grande flexibilité de l’installation, des temps de process réduits, de faibles coûts d’investissement et d’exploitation, et un faible encombrement.
Le process de nettoyage est réalisé, comme d’habitude, avec un nettoyage humide à base de solvant. Les pièces sont séchées sous vide.

La chambre de travail est ensuite rincée. Pour le nettoyage au plasma, la pression est abaissée à moins d’un millibar, le gaz de process (par exemple de l’air ambiant filtré ou de l’oxygène) est introduit et le plasma amorcé, décrit le groupe SBS Ecoclean. Et d’expliquer : « Par excitation du gaz de process dans le vide, les ions riches en énergie, électrons libres et autres particules réactives se libèrent pour former le plasma.

Les impuretés et résidus de graisses et d’huile à la surface des composants sont chimiquement attaqués et fragmentés en molécules volatiles. » En parallèle, poursuit le fabricant, le rayonnement UV du plasma induit un « effet nettoyant » en cassant, par exemple, les molécules d’hydrocarbures à longues chaînes.

« Les produits de décomposition du process de nettoyage au plasma, sous forme gazeuse, sont aspirés hors de la chambre de travail », explique le constructeur allemand, dont le siège en France se trouve au Mans (Sarthe), qui souligne que « combiner le nettoyage humide et au plasma permet en une seule étape-process d’augmenter de 50 à 80 mN/m l’énergie de surface libre primordiale pour une adhérence optimale. »


Nettoyage de surfaces partielles


C’est pour élargir sa gamme de procédés que le fabricant s’est concentré sur le nettoyage et l’activation de surfaces partielles ou complètes, ainsi que le revêtement partiel de pièces unitaires en métal et en plastique. « Pour toutes ces opérations variées, des systèmes d’application compacts ont été développés pour une intégration dans différents concepts d’installation sur mesure », assure-t-il. « Ils peuvent compléter différentes technologies de traitement », ajoute Ecoclean, citant la technologie de plasma atmosphérique, EcoCsteam, le laser, la glace carbonique ou EcoCbooster en système autonome automatisé ou bien intégré à une ligne de fabrication en série.
Ici, l’objectif est bien de proposer des technologies dédiées aux différentes applications du traitement de surface Par exemple, l’utilisation de la nouvelle source de plasma atmosphérique du Disc-Jet, développée par l’institut pour les techniques de revêtement et de surface (Fraunhofer-Institut für Schicht und Oberflächentechnik IST). Celle-ci permet à la fois un traitement laminaire mais aussi précis au niveau des contours et en profondeur. A cela s’ajoute la possibilité de traiter des matières thermosensibles, grâce à la décharge superficielle dite froide (de 30 à 60°C). « Avec le plasma atmosphérique, les surfaces des pièces peuvent être nettoyées avec précision, activées et enduites d’agent liant en un seul process pour l’étape suivante, l’application automatisée de matériau d’étanchéité », souligne Ecoclean. Si une structuration doit être réalisée outre le nettoyage, la technique laser est choisie selon la matière. « La technologie EcoCbooster propose un procédé de prétraitement pour l’activation ciblée, effective et efficace des surfaces, entre autres avant la pulvérisation thermique », rappelle-t-il enfin.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT

Lecture réservée aux Inscrits

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour accéder à l'intégralité de nos articles de manière ILLIMITEE

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande