Publicité

DFD ou les vertus du CO2

24.10.2019
DFD DENSE FLUID DEGREASING - DFD ou les vertus du CO2

L’entreprise auvergnate développe des machines de lavage au CO2 supercritique. Une innovation qui n’est pas passée inaperçue dans les salons professionnels.


Spécialiste français du nettoyage industriel sans eau ni solvant au CO2 supercritique, DFD, qui exposait en juin au salon EPHJ, à Genève (Suisse), a été retenu parmi les six nominés du Grand Prix des exposants, en raison de « sa qualité et de la vraie plus-value innovante qu’il apporte dans le domaine de la haute précision technologique », selon les organisateurs du salon international de la haute précision.

Si l’entreprise basée en Auvergne n’a pas remporté le prix, son dispositif de lavage sans eau ni solvant, a retenu l’attention des jurés. « Nos machines au CO2 dégraissent en profondeur les pièces métalliques, polymères et textiles.

L’absence de besoin de régénération de bains permet un fonctionnement 24 heures sur 24, avec une maintenance optimisée », souligne la PME de Clermont-Ferrand.
Cette année, elle avait également participé aux Global Industrie Awards, avec la DFD-MD 30.1 : sa première machine dédiée aux dispositifs médicaux fonctionnant au CO2 supercritique en salle blanche, dont les performances propreté flirtent avec la stérilisation.

Une machine construite en deux blocs distincts : la chambre cylindrique de lavage de 30 litres, située en salle blanche, dégraisse les dispositifs médicaux en les exposant au CO2, complétés d’activateurs de lavage (rotations et oscillations, à angle et vitesse réglables, ultra-sons).

De l’autre côté de la machine, on trouve un bloc technique situé dans l’atelier, dont le chargement est manuel.


Sans risque d’oxydation des matériaux


Neutre, donc sans risque d’agression ou d’oxydation des matériaux, le CO2 supercritique peut ainsi s’infiltrer dans tous les interstices des pièces.

Il convient à toutes les pièces métalliques (du titane à l’aluminium) et à la plupart des polymères sous toutes leurs formes (synthétiques et naturels, en fils, poudres, tissus…), grâce à un fonctionnement à basses températures (entre 35 et 50°C). Il traite les pièces de toutes typologies de formes, même les plus complexes comme les cavités borgnes ou très étroites.

« Des ultrasons ou oscillations améliorent la qualité de nettoyage et permettent de résoudre des problématiques aigues de nettoyage : matériaux poreux, traces blanches après séchage... pour des marchés exigeants comme le médical, l’horlogerie, l’aéronautique ou l’électronique », ajoute DFD.

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande