Publicité

Avec la DFD MD 6.1, lavez au solvant vert pour le médical

06.06.2019
DFD DENSE FLUID DEGREASING - Avec la DFD MD 6.1, lavez au solvant vert pour le médical

L’entreprise de Clermont-Ferrand Dense Fluid Degreasing vient de sortir une nouvelle machine à laver au CO2 supercritique, particulièrement adaptée aux fabricants de dispositifs médicaux.


Le fabricant français de machines à laver DFD (Dense Fluid Degreasing) a annoncé, en avril, la commercialisation de la MD 6.1, qui dégraisse au C02 supercritique, un solvant vert qui se substitue aux procédés lessiviels, chlorés ou pétroliers. Une machine qui cible les marchés du médical et permet le lavage final de fil de suture et fonctionne à 150 bar de pression.

Elle dispose d’une chambre de 6 litres à chargement manuel.
« Sa construction en deux blocs liés traversants, en fait la machine idéale pour le nettoyage en une seule opération de petits dispositifs médicaux en salle blanche, aux exigences qualité élevées en termes de charge biologique », décrit DFD, implantée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). En effet, la MD 6.1 bénéficie d’une conception traversante, permettant le chargement en salle grise, puis le déchargement en salle blanche.


Temps de cycle réduits


Ce spécialiste des procédés de nettoyage, dégraissage ou départiculage au CO2 supercritique dresse les avantages de cette technologie pour le secteur du médical : « En plus d’être sans eau, ni solvant, ni résidu, utilisé en lavage final, il permet d’abaisser fortement le bioburden (suivi de la biocharge, Ndlr) sur les dispositifs médicaux, tout en réduisant le temps de cycle du lavage et même le temps de stérilisation. »
Avec le procédé employé par DFD, les contaminants sont séparés du gaz : les huiles d’ensimage sont récupérées et peuvent être réutilisées, assure la PME auvergnate, qui avance également une plus faible consommation d’électricité que les procédés habituels à basses températures.
Avec la MD 6.1, le fabricant dispose désormais d’une gamme de trois machines pour le médical, de 6, 21 et 30 litres de capacité.
Pour laver des pièces au C02 supercritique, le dioxyde de carbone liquéfié est chauffé à basse température (au-delà de 31°C) et mis en pression (au-delà de 73 bar) pour atteindre son domaine supercritique : un état intermédiaire où le C02 est presque aussi dense qu’un liquide et diffuse comme un gaz. « Il peut ainsi être utilisé comme un solvant apolaire pour des actions de dégraissage en profondeur de pièces », indique DFD.

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    165€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    165€TTC/an
    format papier sur demande