Publicité

Le dernier envol de Serge Dassault

06.07.2018
DASSAULT AVIATION - Le dernier envol de Serge Dassault

Le fils du célèbre constructeur d’avions civils et militaires s’est éteint le 28 mai à l’âge de 93 ans. Un homme qui a consacré sa vie à l’aéronautique et à l’industrie.

C’est à l’âge de 93 ans que Serge Dassault s’est éteint lundi 28 mai à son bureau du Rond-Point des Champs-Élysées Marcel-Dassault, par « suite d’une défaillance cardiaque », avait annoncé la famille.
Né à Paris le 4 avril 1925, le fils du constructeur aéronautique Marcel Dassault aura eu une enfance marquée par son internement, début 1944, par la Gestapo, avec ses parents et son frère, à la prison de Montluc, puis à Drancy.

Refusant de coopérer avec les nazis, son père est déporté à Buchenwald. Par miracle, il en ressortira vivant en mai 1945.
Diplômé de I’École polytechnique et de I’École nationale supérieure de l’aéronautique, Serge Dassault entre, en 1951, au bureau d’études de la Générale aéronautique Marcel Dassault. Quatre années plus tard, il prendra la direction des essais en vol, supervisant la mise au point de nombreux d’avions militaires comme le Super Mystère B2, Étendard, Mirage III et Mirage IV.


Lorsqu’il sera nommé directeur de l’exportation, Serge Dassault signera de beaux succès de ventes en Suisse et en Australie.

Puis, en 1963, il prend les rênes de la Société électronique Marcel Dassault, pour être nommé PDG de 1967 à 1986, avant d’occuper un autre fauteuil de PDG, à la fois celui de la Société des avions Marcel Dassault – Breguet Aviation (qui prendra le nom, en 1990, de Dassault Aviation) et de Dassault Industries, aujourd’hui Groupe industriel Marcel Dassault.
Celui qui fut commissaire général des Salons internationaux de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, puis président du Gifas, de 1993 à 1997, était marié à Nicole Raffel et père de quatre enfants.
Après une cérémonie religieuse en la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, des honneurs militaires lui ont été rendus, le 1er juin, par le Premier ministre Edouard Philippe. Dans la Cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides, on pouvait noter la présence notamment de la ministre des Armées Florence Parly, de hautes autorités militaires, de représentants de toute l’industrie aéronautique et des personnels des entreprises du groupe.

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Publicité

Référencez votre société

  • La faire apparaître sur le site et dans les résultats de recherche
  • Publier votre contenu gratuitement
  • Permettre aux internautes de vous contacter par email et téléphone
  • Suivre les demandes des mécanautes dans votre espace

La revue

la fabrication,
depuis la conception
jusqu'au produit fini

  • Abonnement
    Support papier
    150€TTC/an
    format numérique inclus
  • Abonnement
    Support numérique
    150€TTC/an
    format papier sur demande